Quelques conseils...

Pour vous souvenir au mieux de vos rêves, je vous conseille de ne pas bouger au moment du réveil. Restez dans cette semi-somnolence. Si vous n'avez pas de ​souvenirs précis, dites-vous :

« Je rêvais. A quoi je rêvais ? ».


Laissez revenir les images, puis les noter. En aucun cas, il ne faut en rajouter, ni faire de transitions pour passer d’une séquence à une autre. On a parfois cette tendance lorsque deux séquences se suivent et ne semblent pas être reliées. 

Relater uniquement les images vues (pas de supposition).


Un carnet sur la table de chevet permet aussi de noter quelques mots-clés resituant le rêve. En effet, sur l’instant, on peut être un peu paresseux pour s’y pencher.

Votre rêve doit être rédigé au présent avec des phrases courtes. La sensation ou l'émotion de la fin du rêve est très importante et est à préciser aussi.


Parfois, une phrase suffit !


Toutefois, il est important de préciser si telle chose ou personnage est à droite, à gauche ou en face. Si une personne est debout, assise, allongée... 

S’il y a du soleil ou s’il pleut. Si on est dehors, s’il fait nuit, jour, si c’est le matin ou le soir.

Attention cependant ! Trop de détails peut noyer l’information principale et rendre difficile la lecture.


Sur ces conseils, je vous laisse dans les bras de Morphée et vous souhaite un sommeil réparateur mais surtout...

des nuits enrichissantes.


A vos crayons !

0